2019-2020 | Appui à la mise en oeuvre des feuilles de route

 
 
 

Appui à 14 territoires pour la mise ne œuvre des feuilles de route

publié le 8 octobre 2018 (modifié le 19 octobre 2018)

La Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature (DGALN) propose aux territoires ayant bénéficié d’un Atelier des territoires un complément d’ingénierie pour engager ou poursuivre la mise en oeuvre de l’un des axes de la feuille de route validée en fin de démarche par la communauté d’acteurs.

La feuille de route d’un atelier est élaborée conjointement entre les services l’Etat, le prestataire et les élus. Sa validation et sa mise en oeuvre sont de la responsabilité des élus avec l’appui de l’Etat et de tous les partenaires parties prenantes.
La feuille de route de l’atelier :
- formalise des axes et des orientations stratégiques de court, de moyen et de long terme ;
- identifie des actions concrètes démonstratrices du projet d’ensemble,
- identifie des porteurs potentiels de projet et des financements mobilisables.

Ainsi, la feuille de route est la traduction opérationnelle souhaitée de la stratégie, mais ne constitue pas le cahier des charges des actions à mener. Les actions démonstratrices identifiées par la feuille de route nécessitent des études de faisabilité économique, technique et financière.

14 territoires ont été retenus dans le cadre de l’appel à projets pour l’appui à la mise en œuvre des feuilles de route des ateliers (pour la qualité des candidatures et le portage et l’accompagnement réalisé auprès des collectivités).Ci-dessous une carte de synthèse de l’ensemble des sites sélectionnés.Dans le cadre de l’animation nationale, nous souhaitons constituer un réseau regroupant l’ensemble des services de l’État qui assurent l’accompagnement de proximité des collectivités lauréates et organiser des rencontres types "rendez-vous des ateliers ".

1- Avignon :
Études de faisabilité technique, financière, opérationnelle et réglementaires du parc naturel urbain de la confluence Rhône/Durance.

2- CC Bassée-Montois :
Études pré-opérationnelles de faisabilité des itinéraires de pistes cyclables. Vers une agro-vallée durable : étude de structuration et de diversification autour des filières chanvres, granulat-construction, viticole et élevage.

3- Var Estrel Méditerranée :
Conception de hameaux agricoles en territoire inondable pour la vallée de l’Argens. Développement de filières agricoles limitant l’utilisation phytosanitaire.

4- CC Hautes Vosges :
Étude pour la réalisation du schéma global de développement touristique et économique en lien avec le plan de paysage et le PCAET.

5- CC Lyons Andelle :
Accompagnement pour la structuration et l’animation de la filière bois-énergie.

6- CC de Nozay :
Mise en œuvre d’un appel à projets multisites d’habitat innovants pour le périurbain.

7- Craponne-sur-Arzon :
Étude de faisabilité pour la réalisation d’un écoquartier en centre ancien et historique en milieu rural.

8- CC Grand Sud Tarn-et-Garonne :
Étude opérationnelle mobilité et déplacement (modes alternatifs et interconnexion entre les 3 gares TER et la future ligne LGV).

9- Caen Normandie Métropole :
Étude pour la mobilisation d’espaces interstitiels des centres-bourgs (diagnostic et identification des leviers pour leur mobilisation).

10- CC Val Parisis :
Étude stratégique de développement commercial sur des secteurs mutables ciblés sur la commune de Pierrelaye.

11- Metz Métropole :
Mise en œuvre d’une démarche d’écologie industrielle et territoriale sur la zone ACTISUD.

12- PNR Haut Jura :
Étude opérationnelle pour la création de la route touristique interdépartementale des lacs et rivières.

13- CA Centre Martinique :
Étude opérationnelle d’un itinéraire paysager et d’une promenade sécurisée pour les circulations douces entre les villes de Fort de France et Le Lamentin.

14- PNR Massif des Bauges :
Étude opérationnelle du nouveau modèle économique et touristique de la station de Margériaz 1400.

La carte

Pour en savoir plus :
La carte (format pdf - 1.8 Mo - 08/10/2018)

L’appel à candidature (format pdf - 128.8 ko - 08/10/2018)

 
 

"Atelier Flash" à Fumel

publié le 12 février 2020 (modifié le 14 février 2020)

Ce mercredi après-midi dans l’amphithéâtre du Pôle de développement territorial de Fumel Vallée du Lot, le cabinet d’études et d’architecture situé à Pantin, "L’Atelier de l’Ourc", a proposé une réunion bilan de son intervention "Atelier Flash" sur le site de l’ancienne Usine fuméloise.

Ce dispositif a pour but de poser un diagnostic sur une situation en concertation avec les gens du territoire et de proposer des solutions à cette problématique. Ici, on parle bien de la réhabilitation du site de l’usine actuellement en friche industrielle !

Cette étude a été faite à l’initiative des services de l’Etat, la DDT qui a répondu à un appel à projet. Mme Véronique Schaaf, sous-préfet de Villeneuve-sur-Lot, était d’ailleurs présente pour cette restitution et a dit : "toute l’implication de l’Etat dans sa volonté de voir ce site réhabilité avec le concours de la communauté des communes dans le cadre du Comité Local d’Accélération des Politiques Publiques". Didier Caminade, président de Fumel Vallée du Lot, s’est également félicité "de la bonne coopération de l’Etat dans ce dossier primordial pour l’avenir de tout le bassin fumélois !".

L’"Atelier Flash" s’est déroulé sur deux jours avec une matinée de visite du site et de prise d’informations, un après-midi de réunion avec les élus et les techniciens pour prendre en compte leurs idées et les contraintes du projet, une seconde
matinée pour préparer un programme et cet après-midi de retour encore une fois interactif.

Des pistes pour aménager le site

La volonté des élus est d’équilibrer financièrement l’opération et ainsi de proposer des pistes de travail à l’aménageur à qui sera confié le projet. La solution proposée par le bureau d’études préconise l’installation de la gendarmerie à l’ouest du site avec des logements pour les fonctionnaires et pour leurs familles, la transformation du bâtiment de la BMD en lieu culturel et sportif, la création le long du Lot d’une voie verte, l’implantation de 5,3 hectares de photovoltaïques dont 2,1 pour des serres maraîchères.

Ces deux installations parallèles à la rivière se feraient à l’arrière quand, au plus près de l’avenue, prendrait place un parc de 3,3 hectares. Ce dernier serait desservi par deux grands parkings de 500 places. Les bâtiments le long de l’avenue resteraient, leur rénovation permettrait d’installer des commerces et ou des
salles associatives. Enfin, un pôle touristique prendrait place autour de la machine de Watt. Après des débats riches et intéressants avec les acteurs du projet, Jean-Jacques Brouillet, 1er vice-président de la communauté des communes, s’est déclaré enthousiasmé par cette présentation et a déclaré qu’"il fallait
encore investir dans ce type de projet qui reste sans doute à affiner dans les détails mais qui pourrait permettre d’attirer une nouvelle population sur le Fumélois !".

source : La dépêche – 24/01/2020 -